Le 400 - Brive - Centre de ressource, audiovisuel, design et communication - Location de studios radio/TV et TIers Lieu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Start-up : ces "barbares" qui veulent débloquer la France

Rédigé le Jeudi 25 Décembre 2014 à 10:00 | Lu 440 fois


Ils ont entre 30 et 45 ans. Ils se surnomment eux-mêmes les "barbares".


Avec internet, les réseaux sociaux et l'industrie du logiciel, ils bousculent le système...

Frédéric Mazzella, transporteur
Frédéric Mazzella, transporteur
Tout a commencé par un classement. Publié par l'Institut Choiseul en février, il a profondément agacé la communauté des entrepreneurs et quelques geeks. Le think tank libéral y recensait les 100 "leaders économiques de demain" pour la France.  Pourquoi tant de haine pour un simple classement? Car arrive en tête du classement des "Fils de". Je ne vais pas refaire le débat autour de l'avantage ou non de posséder un nom connu. Ceci à déja été étudié et décortiqué de maintes fois.

Non, cela énerve surtout car fois de plus on évince une partie entière des entrepreneurs et des secteurs créateurs de richesse pour l'avenir. Antoine Brachet, 36 ans, qui travaille le jour chez Netvibes - une start-up rachetée par le groupe Dassault Systèmes - et anime le soir un think tank, Futurbulences, où l'on fait de la prospective entre copains.

Ni une ni deux, il crée une page Facebook, la nomme "Les 100 Barbares", choisit comme icône un poing levé et invite tous ses amis à participer à un sondage : "Vote pour ton barbare" ! Objectif : repérer les leaders qui sont vraiment capables de changer la France. Pour lui, seuls ceux qui maîtrisent les outils numériques auront le levier pour bousculer le conservatisme et inventer les solutions qui remettront le pays en marche et la société en accord avec elle-même.

Voici quelques exemples de Barbares et je vous encourage à poursuivre la lecture de l'article de Sophie Fay pour L'Obs.

Pierre Pezziardi, "débureaucratiseur".

Crédits photos William Beaucardet pour L'Obs
Crédits photos William Beaucardet pour L'Obs
Poursuit une mission aussi ardue qu'indispensable : pulvériser les innombrables "goulets" de nos services publics, les fi les d'attente, labyrinthes téléphoniques, formulaires impossibles à remplir, générés par une bureaucratie coûteuse et souvent aveugle aux besoins des usagers...

 

Stéphanie Delestre, Chômeurs angel

Crédit : William Beaucardet pour L'Obs
Crédit : William Beaucardet pour L'Obs
"Soyons honnêtes : nous sommes en échec", a reconnu François Rebsamen, le ministre du Travail, à l'annonce des derniers chiffres du chômage. L'aveu ne fait pas rire Stéphanie Delestre, 43 ans, fondatrice de Qapa.fr, un site qui rapproche entreprises et demandeurs d'emploi, mais il décuple l'énergie déjà exceptionnelle de la jeune femme. En s'inscrivant au Pôle Emploi de Vitry-sur-Seine, en 2010, elle a constaté les difficultés qu'avaient les chômeurs à préparer leurs CV et à repérer leurs compétences. C'est de là qu'est né Qapa, un algorithme intelligent qui se perfectionne en fonctionnant.

Alice Zagury, "entrepreneuze"

Crédit : William Beaucardet pour L'Obs
Crédit : William Beaucardet pour L'Obs
Chez The Family, le PDG, c'est elle ! A 29 ans, Alice Zagury tient les manettes. Ce sont ses associés, Nicolas Colin et Oussama Ammar, qui l'y ont poussée. Pour sa "pêche" et pour l'exemple. The Family c'est une société d'investissement créée en mars 2013 qui parie sur des start-up potentiellement mondiales